Changer de vie

Top Départ – 1er mois -JUIN- Devenir sophrologue –

Pourquoi te partager mon Aventure ?

Je me suis dit que ce serait intéressant de faire un petit bilan de mon parcours de reconversion pour devenir sophrologue et de comment je vis cette aventure inscrite parmi mes autres projets de l’année…

C’est donc un de mes défis que je me suis fixée tout au début de la création de ce blog, – le défi “officiel” étant mon Sophro-Défi 70 jours de respiration, que je construis aussi en parallèle – pour t’encourager et peut-être même t’inspirer si toi aussi, maintenant ou plus tard, tu envisages un nouveau départ en passant à l’action !

Avoir en tête les expériences d’autres personnes passées par là est enrichissant et rassurant dans les moments de traversée du désert…

Devenir sophrologue

Il est important de prêter attention à toutes les choses, bonnes et moins bonnes, pour se construire et marcher à petits pas vers son projet. Tous les ressentis sont bénéfiques. Il n’y a pas d’émotions négatives, toutes sont utiles pour arriver au but 😉

Je vais donc te raconter chaque mois ma petite aventure que tu pourras suivre et retrouver dans la rubrique “changer de vie“.

L’optimisme n’empêche pas d’être réaliste

Si tu m’as un peu lu, tu sais que j’ai démarré une formation pour devenir sophrologue. En réalité, il s’agit de ma seconde école… clique ici si tu veux en savoir davantage sur mes péripéties.

Je me dois d’être objective et à l’heure actuelle, ce métier s’est énoooormément développé à tel point qu’il y a beaucoup de sophrologues au kilomètre carré. Je n’exagère presque pas…

Pourquoi ?

Tout simplement parce que ce métier n’est pas réglementé. La loi n’exige absolument rien pour exercer. Et oui ! Tout le monde peut se former et installer sa jolie plaque sans la moindre formation.

Ma première école ne proposait pas de certification reconnue, elle m’apprenait trop peu de bases sophrologiques préférant s’axer essentiellement sur des notions psychologiques poussées, complexes qui demandent un bon nombre d’études… Cette approche me posait questions et me mettait mal à l’aise sur la posture thérapeutique du sophrologue transmise par cette école. Bref, je trouvais qu’elle empiétait trop sur la psychologie et la psychanalyse…

Alors rendons à César ce qui est à César !

Un psychologue a des notions spécifiques qu’un sophrologue n’a pas et inversement ! C’est pour cela que ces 2 professionnels peuvent se compléter à merveille dans l’intérêt des besoins de la personne mais pour cela, il faut que chacun reste à sa juste place. Il y a d’ailleurs un code de déontologie du sophrologue qui a été créé par la chambre syndicale de la sophrologie précisant la posture thérapeutique du sophrologue.

Faisant donc chou blanc avec cette école, j’ai vite ressenti le besoin de me tourner vers une autre école pour apprendre les concepts sophrologiques depuis la base.

J’ai donc poursuivi ma route en suivant une seconde école engagée dans un protocole de formation solide. A la clé, un examen final certifiant, avec un niveau de qualification reconnu par l’Etat, tant au niveau national qu’européen. Le RNCP garantit ce niveau de qualification par des compétences issues d’un processus pédagogique spécifique.

La sophrologie

Tu vas me dire : “oui mais il y a de supers sophrologues qui ne sont pas certifiés” et tu as raison ! J’en connais aussi ! Sauf qu’à l’heure actuelle, la concurrence est rude et bien réelle ! C’est l’engouement général pour ce métier !

Obtenir une certification est un besoin qui m’est personnel, une distinction qui d’ici quelques temps sera sans doute préférée par les professionnels de santé ou les entreprises mais aussi par le public, qui sera peut-être plus regardant, puisque la sophrologie devient une méthode de bien-être et de thérapie douce populaire.

Je pense que chaque personne doit aller dans l’école qui lui parle et dans laquelle elle se sent en phase. Et ceci est valable pour tous les domaines et encore plus pour des métiers qui ne sont pas encore encadrés. Une histoire d‘alignement, encore et toujours 😉

Un petit coup de pouce ?

Cette reconversion fait suite à un licenciement économique en décembre 2019 et me donne le droit d’être inscrite dans la “Team Pôle emploi 2020-2021” ! Bon…ok, c’est pas tout à fait comme ça que ça s’appelle en vrai, on peut bien enjoliver par-ci par-là…

Ma peur N°1

Et vient alors LE premier rendez-vous avec 1 premier conseiller, pour faire la paperasse, pour me présenter et expliquer mon projet. Je l’ai tellement redouté ce moment là, je me sentais inquiète de leur décision quant à me laisser réaliser mon projet tout en restant inscrite. Et tu sais pourquoi ? Parce que chez Paul (entend Pôle emploi 😉 ) le métier de sophrologue n’a pas un indice de retour à l’emploi suffisant, dû notamment à la concurrence actuelle et future. Même si ce conseiller se montrait poliment rassurant, je suis repartie sans réponse et avec un rendez-vous supplémentaire chez une conseillère personnalisée.

Ma peur N°2

Je me jetais à l’eau pour la seconde fois, avec ma conseillère personnalisée. Mon but : Demander une aide financière. Re-explication de projet, blablabla et refus clair et net “non, non…n’y comptez pas..la sophrologie n’entre pas dans l’enveloppe de financement car ce n’est pas un métier favorable au retour à l’emploi”.

A ce moment là, je me sentais vraiment maaal, assise sur ma chaise tentant d’argumenter comme je pouvais avec mes “oui mais…”. Je ne me voyais pas financer mon projet seule… et encore moins m’y résigner. Dur dur… Comment j’allais faire ?

Hahaha… mon sourire de dauphin disparaît.

Mais…Première Victoire !

Au rendez-vous suivant, j’insiste pour réaliser malgré tout un dossier en argumentant mon projet. Je veux saisir l’infime chance de décrocher une aide financière. Un dossier ne coûtait rien si ce n’est des heures et des heures devant l’ordinateur.

Le bon vieil adage “Qui ne tente rien n’a rien” n’a jamais été aussi vrai !

Je réussis à convaincre ma conseillère : elle soutiendrait ma demande d’aide ! Super !!!

1er mois - devenir sophrologue
Ha ben voilà !

Qui d’autre que soi-même pour expliquer et défendre ses rêves ?

Parfois, la persévérance et un peu de culot ont du bon 😉

Cette opportunité de licenciement est MON moment propice au changement ! Un point c’est tout ! 😉

J’ai donc mis toutes mes tripes -pour reprendre les termes de ma conseillère- pour rédiger un dossier de 60 pages selon le plan conseillé par Paul : une lettre de motivation, une présentation du projet global, le métier, le futur cabinet, les prestations, la clientèle, l’école et ses références etc et aussi… le “business plan” !! Quelle horreur ! Même le nom fait peur ! Beurk…

Je ne savais pas par quoi commencer ni comment faire, ni…ni….

1er mois  - devenir sophrologue
Au secouuurs !! Y a quelqu’un ???

Il n’empêche que je devais présenter ce truc sur 3 années. Et c’est vrai que j’ai connu plus fun 😉 mais c’était tellement nécessaire ! A la fin, j’ai pu me projeter davantage, de façon concrète, avec un chiffre d’affaire, le nombre de consultations, les charges… bref, un vrai travail de fond pour anticiper concrètement le futur en limitant au maximum les imprévus désagréables.

Les belles choses demandent du temps et des efforts à fournir.

2ème Victoire !

Devine ? J’ai obtenu le financement intégral de ma formation avec des félicitations pour mon dossier !

C’était samba dans ma tête !!!

1er mois devenir sophrologue

Aujourd’hui, je me sens fière quand je repense à ce que j’ai entrepris et obtenu par moi-même à force de travail pour réaliser ce dossier et de persévérance pour argumenter et défendre mon projet. Ce ressenti positif forge la confiance en soi. Quand parfois elle se fera la malle, il me suffira d’y repenser pour que l’émotion resurgisse. Vive la sophrologie !

Les cours et les profs

J’en arrive à te parler de ma formation que j’ai entamée ce mois-ci. Avec la période de Covid, l’école de formation a décalé de 2 mois l’ouverture. Et c’est le 8 juin que j’ai fait connaissance avec Fanny – un signe de bonne augure!- notre première prof de sophrologie pour les 2 premiers jours. Puis Damien est intervenu sur les jours suivants. Chaque semaine, les professeurs se relaient, ce qui permet d’avoir des approches différentes pour s’enrichir en plus des cours !

Nous sommes 19 stagiaires, c’est idéal pour aménager la pratique avec les jeux de rôles, en duo ou en collectif. Un petit comité diminue la timidité pour réaliser nos essais ! Il n’y a aucun stagiaire garçon. Que des nanas !

Les cours sont clairs, détaillés, concrets et la pratique est proposée plusieurs fois par jour. Et bien sûr, les professeurs nous présentent les exercices et sophronisations à apprendre, pour être conscients soi-même des ressentis générés. Les journées sont bien remplies.

En fin de journée j’ai l’impression que je porte une sorte de pastèque cuite en lieu et place de ma tête… ça bouillonne là-dedans !

Réviser, réviser et encore réviser…

1er mois - devenir sophrologue

Je me rends compte qu’il est important d’avoir vraiment un projet construit en amont pour rester motivée et absorber l’amas d’informations ! Je révise à fond avec mes fiches (comme au bon vieux temps 😉 ) et je vais devoir tenir le rythme jusqu’en janvier. Ensuite, je travaillerai sur ma présentation de rapport pour passer le RNCP à Paris. Pour cela, il me faudra trouver 2 personnes volontaires, en support de ma présentation de fin d’études.

En attendant, je me sens heureuse et chanceuse de faire partie de cette promo de sophro 2020 au sein de cette école.

En ce moment, c’est une phase d’ajustement, entre les révisions, le blog, la vie quotidienne, j’ai du pain sur la planche. J’essaie de me garder des moments de calme pour me recentrer quand je sens que la soupape se soulève…

devenir sophrologue

J’essaie de monter chaque jour sur mon tapis de yoga, même si c’est 10 minutes ! C’est la BASE. Le yoga me régénère. Et bien sûr, je continue mes balades quasi quotidiennes dans la campagne pour m’aérer l’esprit en compagnie de mes 2 tout petits chiens !

Et que devient le futur cabinet de sophro ?

Il est au stade des fondations…encore sous terre donc. Je me demande si je serai prête pour recevoir mes premiers clients en février ou mars 2021. Mais comme c’est une peur qui n’existe que dans mon mental mais si ! je regarde plutôt en direction de la construction de ma future maison, juste à côté, pour garder mon sourire de dauphin !

Cela étant dit, le début de la construction du cabinet est prévue pour ce mois-ci 😉 grâce à l’aide précieuse d’amis et surtout de mon Chéri d’amour. J’ai beaucoup de chance d’être si bien soutenue et entourée !

Je sais ce que tu te dis : “pourquoi tous ces projets en même temps ?” Je ne le fais pas exprès… Les choses se sont présentées comme ça…

Les opportunités parfois ne se présentent qu’une seule fois, elles n’attendent pas que tu tergiverses en pesant le pour et le contre.

Je suis fortiche pour collectionner plusieurs projets de bonne taille dans un même packaging ! Alors je fais de mon mieux !

Pour conclure sur ce 1er mois

Mes + : Je me sens heureuse de me former à ce nouveau et beau métier. Je suis fière d’avoir été exaucée en financement. Je suis alignée avec les principes de l’école, avec la pédagogie des professeurs et je rencontre d’autres stagiaires avec des passés et horizons différents !

La construction de mon cabinet va bientôt démarrer. Et comme tout ne se maîtrise pas, je verrai au-fur-et-à-mesure. Je me dis qu’il y a à chaque fois une solution, même si à l’instant T elle nous semble inenvisageable. L’Univers fait toujours bien les choses ! Je tâcherai de m’en rappeler dans les moments blop…

Mes – : Beaucoup de révisions. Une petite fatigue à cause des couchers tardifs chaque soir, une bonne reprise en main s’impose ! Pour ça, il faut que je décroche de l’ordi le soir. Facile à dire… Mais promis j’essaie ! Les pensées pullulent…alors je me répète qu’on ne peut plus agir sur le passé, quant au futur, il n’existe pas encore mais j’ai le pouvoir de lui donner la consistance que je souhaite en agissant au présent !

Si toi aussi tu as des projets que tu entreprends ou qui sont encore au stade du rêve, partage-les moi en-dessous ! Je serai très heureuse d’échanger sur le sujet !

A dans 1 mois pour d’autres nouvelles !

Bye bye !

Photos du site Flickr dans l’ordre : Pikakoko, Relentlessly, drip&ju, Pascal, flo, PGSF, Jenttu Leskinen,Betty B, Michaël Levine Clark

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :